La Newsletter

COMMENT CHOISIR VOTRE BATTERIE :

photo0061101_L.jpgphoto00611201_L.jpgphoto00613101_L.jpg

La batterie est un élément essentiel du vélo à assistance électrique. C’est elle qui alimente le moteur et détermine son autonomie et ses performances. On peut la considérer comme l'âme même du VAE.

Les différentes technologies :

La recherche a été très active ces dernières années dans ce domaine et les vélos électriques de nouvelle génération sont équipés de batteries sûres, fiables et de plus en plus performantes. Il en existe plusieurs types qui ont chacune leurs caractéristiques.

Actuellement, les vélos électriques sont équipés principalement de batteries au Lithium, mais également de batteries Ni-Mh ( Nickel Métal Hydrure ), ou de batteries Plomb, bien que la technologie Plomb tende à disparaître dans les nouveaux modèles.

Avant de nous pencher sur les batteries proprement dites, il faut savoir que c'est le rapport voltage /ampérage qui détermine la performance de la batterie. Le voltage influant sur la puissance et l'ampérage sur l'autonomie.

Autoonomie.jpg


Les batteries gel Plomb :

Cette technologie est la plus éprouvée, car c'est celle employée par l'industrie automobile. Toutefois, dans une batterie de vélo à assistance électrique, l'ensemble acide et eau est sous forme gélatineuse, ce qui permet de la manipuler sans contrainte.

C'est une batterie qui ne nécessite pas de précautions d'emploi particulières, qui ne coûte pas cher, qui ne comporte quasiment aucun effet mémoire et qui a un taux d'auto décharge relativement faible (5 à 10% par mois).

Mais elle est sensible aux variations de température, et elle est lourde, environ 9 Kg pour une batterie de vélo électrique.

Contrairement aux idées reçues, la technologie Plomb n'est pas la plus polluante. Son recyclage est très bien maîtrisé. Une batterie est constituée de plastique, d'acier et d'acide sulfurique. L'acide sulfurique et le plomb sont récupérés. L'acide sulfurique est purifié et réutilisé, car très demandé par l'industrie chimique. Quant au plomb, de nos jours, on n' extrait quasiment plus de minerai. La consommation étant relativement faible, l'essentiel provient du recyclage. Le plastique, lui, suivra le chemin du recyclage habituel.

Elle supporte en moyenne 300 à 350 cycles de charge à 100%.Il faut la stocker pleine et la recharger au minimum tous les 3 mois.

batterie-plomb.jpg


Les batteries Ni-Mh :

Deux fois moins lourdes, en moyenne, que les batteries Plomb... Ouf !!!

Une batterie Ni-Mh est également plus puissante (2,1 V. par éléments, contre 1,2 V. pour une batterie Plomb) et a une durée de vie supérieure à une batterie plomb. 
Contrairement à ce que l'on entend ici ou là, les batteries Ni-Mh, ne posent plus ou quasiment plus ce type de problème. Le petit soucis, dû à la décharge irrégulière des éléments, est maintenant réglé par le chargeur intelligent qui fait une pré décharge d'égalisation avant la recharge équilibrée et totale sur l'ensemble des éléments d'accumulation de la batterie. La technologie Ni-Mh était déjà beaucoup moins sujette à l'effet mémoire que la technologie Ni-Cd ( Nickel Métal Cadmium ) que l'on ne rencontre pas sur les vélos électriques. Cette technologie ( Ni-Cd ) va d'ailleurs être interdite sur les accumulateurs portables très prochainement, en raison de la trop forte pollution du cadmium(directive 2006/66/CE publiée au J.O.U.E le 6 septembre 2006.)

Les batteries Ni-Mh ont un point faible : le taux d'auto décharge plus important que les autres technologies. Il faudra donc bien penser à recharger la batterie de votre vélo électrique au minimum une fois tous les 3 mois. Il faut la stocker pleine. Il est même possible de la stocker en charge, le chargeur se coupant automatiquement une fois la batterie pleine et se redéclenchant dès que la batterie perd de sa charge.

Elle supporte en moyenne 500 cycles de charge.

batterie-nimh.jpg


Les batteries Lithium ion :

Contrairement aux autres accumulateurs, les accumulateurs lithium ion ne sont pas liés à un couple électrochimique. Tout matériau pouvant accueillir en son sein des ions lithium peut être à la base d'un accumulateur lithium ion. Ceci explique la profusion de variantes existantes, face à la constance observée avec les autres couples. Il est donc délicat de tirer des règles générales à propos de cet accumulateur, les marchés de fort volume (électronique nomade) et de fortes énergies (automobile, aéronautique) n'ayant pas les mêmes besoins en termes de durée de vie, de coût ou de puissance.

  • Lithium-Ion

La batterie lithium-ion fonctionne sur le principe de l'échange réversible de l'ion lithium entre une électrode positive, le plus souvent un oxyde de métal de transition lithié (dioxyde de cobalt ou manganèse) et une électrode négative en graphite (sphère MCMB). L'emploi d'un électrolyte aprotique (un sel LiPF6 dissous dans un mélange de carbonate) est obligatoire pour éviter de dégrader les électrodes très réactives.
La tension nominale d’un élément Li-Ion est de 3,6 V ou 3,7 V .

  • Lithium-Ion Polymére (Li-Po)

L'électrolyte est un polymère gélifié. L'accumulateur Li-Po utilise un principe de fonctionnement semblable aux accumulateurs Li-ion et a des caractéristiques proches. Elles sont de plus en plus utilisées pour les vélos à assistance électrique, avec couramment une tension de 24 V et représentent ce qui se fait de mieu dans le domaine.

batterie-li-ion.jpg

 



Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus
OK